J’ai toujours aimé les ateliers d’artiste et ces sentiments si particuliers que l’on ressent dans ces « ailleurs magiques ».

L’atelier est avant tout un lieu d’intimité, de liberté et de création.

Imaginer un atelier et m’y installer c’est, comme l’a écrit Virginia Woolf, avoir la chance d’une « chambre à soi ».

Dans mon atelier dans le centre historique d’Aix-en-Provence, j’ai choisi de mettre les vieux murs à nu, de les laisser respirer et raconter le temps qui passe. J’ai libéré et épuré l’espace pour ne pas être entravée et accueillir les énergies qui y circulent, s’y créent et résonnent en moi car je crois volontiers que les lieux nous appellent.

Mais un atelier, s’il est habité par le souffle de celui qui y travaille, est également lieu de rencontres, de partages, de vie tout simplement.

S’installer en centre-ville, c’est peut-être une curieuse idée mais c’est aussi oser l’ouverture et questionner mon rapport au monde.

Novembre 2019

S'installer...

Un nouvel atelier

Petit retour en images sur près de neuf mois de travaux… à force de patience et de persévérance, j’ai enfin posé mes outils dans ce nouvel atelier et j’ai hâte de m’y mettre au travail.

02.19...

...03.19...

...04.19...

...05.19...

...06.19...

...07.19...

...08.19...

...09.19...

...10.19

Janvier 2020

Inaugurer...

ET VOUS Y ACCUEILLIR

Vous rencontrer, enfin !

du 18 septembre au 10 octobre 2020

Écrire le geste – 12ème Printemps de l’Art Contemporain

Exposition de Tina et Charly, Anne-Marie Renan et Dany Lévêque. Commissariat Rindala El Khoury.

Le duo d’artistes Tina et Charly qui dessinent des « chorégraphies schématiques » et la choréologue Dany Lévêque, qui traduit les chorégraphies d'Angelin Preljocaj en des notations dessinées sur des partitions musicales, ont été invités à observer les mouvements d'Anne-Marie Renan autour de la toile en cours de réalisation, et à les dessiner.

Ils ont ainsi consigné le mouvement du peintre tel le mouvement d’un danseur et révélé la trace d'un tableau en train de se faire, de l’espace qui entoure et de la présence du peintre face à la toile.

Leurs dessins des mouvements ainsi produits font écho aux tableaux et dévoilent leur genèse, les mouvements de l'artiste lorsqu'elle peint et son occupation de l'espace face à la toile.

www.tinaetcharly.com

du 15 janvier au 17 janvier 2021

Mental Translation – Chronique Biennale des Imaginaires Numériques

Exposition de Jesús Tamez-Duque et Anne-Marie Renan

Avec « Máquina cerebral 4 », Jesús Tamez-Duque propose une installation interactive inédite qui amène les visiteurs à explorer leur réactivité à la peinture abstraite d’Anne-Marie Renan, dont le travail intense sur le geste et la couleur présente un dispositif idéal.

Equipés d’un casque EEG qui mesure l’activité cérébrale, les « interacteurs » observent les tableaux. Leur activité neuronale face aux toiles est analysée en temps réel puis retransmise en ondes lumineuses et sonores qui créent à leur tour une œuvre artistique éphémère.



Jesús Tamez-Duque, artiste interdisciplinaire et développeur de technologies basé à Aix- Marseille, travaille actuellement à des installations et des projets dans l’Union Européenne, en Chine et au Mexique. Exposées d’abord au Mexique, ses premières installations muséales ont intégré la neuroscience pour explorer les réactions et les connexions inconscientes face aux œuvres d’art. Ses pièces ont ensuite rapidement gagné en complexité pour permettre une interactivité accrue et une meilleure intégration des concepts et des outils scientifiques.

www.indi.global

du 21 mai au 5 juin 2021

N'ayons pas peur du noir – 13ème édition du Printemps de l’Art Contemporain

Exposition de Jean-Marc Lefèvre, d’Anne-Marie Renan et d’Étienne Rey. Commissaire d'exposition Rindala El Khoury.

Dans cette période où l’avenir semble s’être obscurci, notre peur primaire du Noir est réactivée. Sur une proposition d’Arts Vivants Aix, Rindala El Khoury instaure un dialogue et met en scène la rencontre des noirs de Jean-Marc Lefèvre, d’Anne-Marie Renan et d’Étienne Rey.

Jean-Marc Lefèvre le parcourt, l’épuise et le transperce pour y filer ses horizons, Anne-Marie Renan y puise lumière et couleurs, le faisant l’inspirateur de son geste quand Étienne Rey orchestre ses condensations et y appose ses transparences.

Le Noir contient toutes les couleurs du prisme et, comme un acte de résistance et d’espérance fait rejaillir la lumière. Ainsi, le Noir devient acte de foi.